Un monument pour sensibiliser aux blessures invisibles

Agrandir l'image
De gauche à droite : Adjum Pierre Coté, Col (h) David L. Hart, M. H. Hurowitz et Col (ret) André Gauthier. (Photo : Cpl M. Poirier-Joyal – Imagerie Saint-Jean)

Sous-lieutenant Étienne Dion-Marcil - Affaires publiques, 34 GBC

Le 21 octobre dernier, les organisateurs de la campagne Respect ont dévoilé un nouveau monument qui sera présent de façon permanente face à l’autoroute transcanadienne à Kirkland, sur l’île de Montréal.

La sculpture est l’œuvre du colonel à la retraite André D. Gauthier et s’intitule Le retour. Elle représente un vétéran de la Seconde Guerre mondiale qui revient fièrement au pays à la fin des hostilités. Son bras étendu fait le signe de victoire et donne l’impression qu’il pourra mener le reste de sa vie en paix après avoir accompli son devoir de soldat. Seulement, ce militaire ne se doute pas encore qu’il est revenu atteint du trouble de stress post-traumatique.  

De récentes études dévoilent que 8 % des militaires déployés reçoivent un diagnostic du trouble de stress post-traumatique à leur retour et que plus de 2 250 vétérans vivent dans des refuges pour sans-abri.

Les organisateurs de la campagne Respect espèrent que ce nouveau monument aidera la population à se souvenir des difficiles réalités qui affligent certains militaires à leur retour de mission. Cette campagne a pris naissance en 2011, lorsque Doug Bellevue, président de Task Micro Electronics Inc., a posé une bannière de plusieurs mètres de haut sur le bâtiment de son siège social à Kirkland. Par la suite, avec l’appui du lieutenant-colonel honoraire du Royal Montreal Regiment, Colin Robinson, du lieutenant-colonel honoraire du 2e Régiment d’artillerie de campagne, Steve Gregory et du major Richard Gratton, G8 Planification et gestion du rendement au Quartier-général du Centre de la doctrine et de l’instruction de l’Armée canadienne, ils ont décidé de créer la fondation de la campagne Respect. Celle-ci a pour objectif de démontrer leur respect envers les militaires canadiens, les vétérans, ainsi que leurs familles. L’argent qu’ils amassent est ainsi remis aux Services de bien-être et moral des Forces canadiennes.

Plus de 350 personnes ont assisté à la cérémonie sous une température clémente, dont Jean Rioux, député fédéral de la circonscription de Saint-Jean et secrétaire parlementaire du ministre de la Défense nationale. Lors de son allocution, celui-ci a tenu à remercier celles et ceux qui participent aux efforts de cette campagne. Il s’agit pour lui d’une cause digne qui mérite d’être soulignée. Il mentionne également que « le monument permettra de sensibiliser la population aux problèmes d’itinérance et de santé mentale que vivent certains militaires et anciens combattants. »

Lors du dévoilement de la sculpture, Michel Gibson, le maire de Kirkland, était fier de mentionner que la campagne Respect avait pris naissance dans sa ville. Il a aussi ajouté que la municipalité allait entretenir le site où se trouve la statue tant et aussi longtemps qu’elle y restera érigée.

Le major-général Simon Hetherington, commandant du Centre de doctrine et d’instruction de l’Armée canadienne, était aussi présent et fier de représenter les Forces armées canadiennes. Il a tenu à remercier au nom de tous les militaires les personnes impliquées dans la campagne. Il a mentionné la difficulté qu’éprouvent certains vétérans à demander de l’aide : « Nous, qui portons l’uniforme, avons l’habitude de régler nos problèmes nous-même et plusieurs trouvent ainsi difficile de demander de l’aide lorsque nous en ressentons le besoin.  Grâce aux actions telles que la création de ce monument, vous continuez de sensibiliser la population aux défis auxquels plusieurs de nos militaires font face. »

Le président de la campagne Respect, Doug Bellevue, a des objectifs ambitieux pour les prochaines années. Il souhaite vendre près de 75 000 affiches géantes à diverses entreprises canadiennes qui souhaitent montrer leur soutien envers les militaires canadiens. S’il arrive à réaliser son objectif, c’est plus de 10 millions de dollars qui pourront être amassés et utilisés pour venir en aide aux différents organismes qui viennent en aide aux militaires et vétérans qui souffrent d’état de stress post-traumatique.

Au moment de mettre sous presse, Servir apprenait que le Col (ret) Gauthier était décédé. Le journal s’unit aux membres de la communauté militaire pour transmettre leurs plus sincères condoléances à la famille.

 

 

<< Retour à la page d'accueil