« Je pense, donc je suis » - René Descartes

Agrandir l'image

Caporal-chef Roland Augustin - G1, 34e Groupe-brigade du Canada

D’ici 2020, la dépression se classera au deuxième rang des principales causes d’incapacité à l’échelle mondiale, juste derrière les maladies cardiaques.

À l’instar de ces multiples maladies qu’on appelle les tueurs silencieux (silent killers), les maladies mentales font d’énormes ravages dans notre société, allant de l’isolement individuel à la dislocation familiale, jusqu’au suicide. Or, les troubles mentaux peuvent avoir de graves répercussions sur la santé et sur la qualité de vie des personnes et de leurs proches.

Dans notre entourage, nous côtoyons plusieurs individus : des membres de notre famille, nos amis et, sur une base plus fréquente, nos collègues de travail. De cette quantité incalculable de personnes, beaucoup souffrent en silence d’une maladie mentale ou autre. Les plus courantes sont la dépression (10 à 15 pour cent des gens en souffrent au cours de leur vie), les troubles anxieux et les psychoses.

La promotion de la santé mentale et la prévention des maladies mentales sont devenues des priorités à l’échelle mondiale. Le 31 janvier de chaque année, tous les organismes, privés et publics, se joignent à la campagne Bell Cause pour la cause. Ce mouvement se veut une sensibilisation annuelle pour démystifier et endiguer les préjugés face à la maladie mentale.

Nous pouvons, nous aussi, faire la différence

Voici trois conseils pour aider vos proches.

Soyez gentil : ne faites pas à autrui ce que vous ne voudriez qu’on vous fasse. Conscients des aspects de ce mal, notre approche face aux personnes qui souffrent de maladies mentales devrait être celle que nous aimerions que les autres adoptent avec nous. Utilisons toujours l’effet miroir : l’autre est un autre en soi.

Écouter n’est pas toujours entendre : prêtez une oreille attentive à celui ou celle qui vous confie ses appréhensions et ses amertumes. Posez des questions pertinentes, sans pour autant abuser de ce moment privilégié !

Parlez-en !  : n’oubliez pas que derrière une anxiété se cache, bien souvent, une humeur dépressive. Contactez le soutien du personnel de votre organisation si vous avez besoin d’aide et soyez toujours à l’affût de changements dans les comportements de vos collègues.

Source : Institut de la statistique du Québec; Portrait statistique de la santé mentale des Québécois. Résultats de l’enquête sur la santé dans les collectivités – Santé mentale 2012.

 

 

 

 

<< Retour à la page d'accueil