Pour mieux protéger l’environnement

Agrandir l'image
Le commandant du Groupe de soutien de la 2e Division du Canada, le colonel Stéphane Boucher, était présent lors de l’inauguration. (Photo : Claude Tourville)

Servir

La section Réparation et disposition de l’Approvisionnement Montréal, des Services techniques (Svc tech) du Groupe de soutien de la 2e Division du Canada (GS 2 Div CA), a implanté un centre de tri à la Garnison Montréal qui inclut un nouveau site dédié aux matières dangereuses. Son inauguration a eu lieu le vendredi 23 novembre en présence du colonel Stéphane Boucher, commandant du GS 2 Div CA et du lieutenant-colonel Guillaume Arcouette, commandant des Svc tech.

Le Lcol Arcouette soutient que ce centre démontre clairement l’application concrète et rigoureuse de la stratégie environnementale des Forces armées canadiennes (FAC), en diminuant les déchets environnementaux. « Ce centre de tri est une réalisation historique non seulement pour la Garnison Montréal, mais aussi pour toutes les bases au pays. Le projet permettra de réaliser une réduction de 70 % des déchets enfouis, évitant à la fois des frais pour faire vider les conteneurs, ou les frais de rachat de matériel maintenant réutilisable, tout en augmentant la qualité des procédures d’aliénation du matériel. »

Il mentionne que plusieurs conteneurs de 40 verges de déchets secs, bois et métaux sont situés à de nombreux endroits sur la garnison. Plusieurs articles pouvant être récupérés, recyclés ou vendus se retrouvent jetés dans ces conteneurs. « À l’avenir, les conteneurs seront relocalisés de façon centralisée et supervisés au centre de tri par la section Réparation et disposition de l’Approvisionnement Montréal. » Le tri sera donc fait à la source par un employé formé et attitré à cette tâche, augmentant ainsi le potentiel de vente d’articles au public, de récupération des matières résiduelles et de réemploi d’une grande variété d’articles.

Le commandant Arcouette indique que le tri à la source permettra d’éviter qu’environ 70 % des articles pouvant être aliénés correctement ou recyclés se retrouvent aux sites d’enfouissement. « Sachant que l’Unité des Opérations immobilières (Québec) génère près de 100 tonnes de déchets annuellement, nous envisageons de détourner près de 70 tonnes par année », explique-t-il.

Ainsi, les articles détournés bénéficieront d’une deuxième vie s’ils peuvent retourner dans le système ou être vendus au public, générant des économies qui aideront à assumer une partie des frais de disposition, sans compter les frais inhérents à la contamination ou à la perte des articles qui auraient pu être vendus ou réutilisés. « À titre d’exemple, nous pouvons vendre certaines palettes de bois une cinquantaine de dollars, des caissons de bois environ 7 $, au lieu de s’en départir pour beaucoup moins cher si nous les vendons au poids. »

Il termine en mentionnant qu’il y a beaucoup d’autres types d’articles pour lesquels des profits ou des évitements de coûts seront réalisés. « C’est sans compter l’économie reliée à la diminution du nombre de levées des conteneurs. »

 

<< Retour à la page d'accueil