Découvrir les services pour militaires blessés/malades

Agrandir l'image
Diverses présentations ont eu lieu au cours de ces deux jours. (Photo : courtoisie)

Yves Bélanger, Servir

Les 21 et 22 novembre, le Centre intégré de soutien du personnel (CISP) Détachement Saint-Jean a tenu un symposium au pavillon Dextraze de la Corporation du Fort Saint-Jean dans le but de rappeler aux différentes unités les nombreux services et programmes mis à la disposition des militaires blessés/malades.

Michel Sartori, coordonnateur des services au CISP de Saint-Jean-sur-Richelieu, explique que cela faisait cinq ans que l’organisation n’avait pas tenu un tel événement. « Pour nous, il était important de rappeler ce que nous sommes en mesure d’offrir aux militaires de notre territoire en cas de blessure ou de maladie. »

Quelque 50 représentants d’unités ont accepté l’invitation du CISP. « Ils sont venus chercher des informations pertinentes qu’ils pourront ensuite transmettre aux membres de leurs unités. Environ 60% des organisations que nous desservons étaient présentes au cours de ces deux journées. »

Diverses présentations ont eu lieu. « Nous avons entre autres eu des prestataires de services tels que Anciens Combattants Canada, le Quartier-général de la 2e Division du Canada, le Centre de ressources pour les familles des militaires, Manuvie et le Centre d’orientation et de sélection du personnel. Ils ont pris la parole pour rappeler ce qu’ils sont en mesure d’offrir à leur clientèle. »

En plus des conférences, des militaires ont témoigné concernant les services auxquels ils ont recours grâce à la collaboration du CISP. « Parmi ceux-ci, il y a eu celui du caporal retraité Jacques Leclerc qui, il y a trois mois, a reçu un magnifique chien d’assistance de l’organisme Les chiens Togo. Spécialement dressé, l’animal est en mesure de désamorcer l’anxiété de son propriétaire. »

M. Sartori soutient que le CISP se rendra au cours de la prochaine année auprès des unités qui n’ont pu se présenter au symposium afin de leur faire un résumé des informations offertes au cours de ces deux jours. « Nous desservons un territoire qui s’étend entre Sherbrooke et Rouyn-Noranda. C’est évident que les représentants de toutes les unités ne pouvaient se libérer. Toutefois, nous comptons aller les visiter pour que tous les militaires de notre territoire puissent connaître ce que nous sommes en mesure de leur offrir. »

 

<< Retour à la page d'accueil